19 déc. 2016

[De tout&de rien n°5] : J'aime mes chaussures et l'amour des gens c'est du fake!


Quand j'essaye de retracer cette année ou plus précisément cet été je me dis de suite "Mais pourquoi moi?"
C'était le mois de Juillet dernier, un Lundi ce jour où je me lançais dans une nouvelle expérience professionnelle. Et pour une première journée de formation, tout se passait à merveille. Enfin c'est ce que j'espérais.Je me rappelle du vernis que je portais sur les pieds, un très joli rouge pétant. Tout au long de cette journée je ne faisais qu'une chose : regarder mes pieds. C'est là où tout a commencé.







Mes chaussures m'ont sauvé la vie! 


Est-ce la fatigue qui me fait imaginer des choses ou ce sont mes pieds qui sont  entrain de gonfler et de virer vers la couleur bleue? Une heure passée, deux, une matinée... J'ai fini la journée par appeler ma mère et lui demander de venir me chercher vers la fin de l'après-midi. Ma force pour bouger : 0%.

On a pensé que c'était à cause de mes jolies chaussures plates parce qu'elles sont élastiquées à l'arrière. Ma mère m'a conseillé de ne plus les porter. Mais moi je l'aime cette paire... 

Quelques jours après, je me suis réveillée avec le visage gonflé et la voix carrément perdue. Je ne me reconnais plus. La fille, que le miroir reflétait, ne peut pas être moi. J'avais l'air d'une catcheuse digne d'une grande victoire. Mes pauvres petites chaussures ne sont pour rien. Bien au contraire, si je ne les ai pas portées je n'aurais peut-être pas découvert à ce moment là que j'ai attrapé un certain syndrome. 

Depuis Juillet, des mois passés pour comprendre que...


Au début, il m'était difficile de supporter cette situation handicapante. Par la suite, je me suis dit qu'il fallait que ça arrive afin que je saisisse des choses qui m'échappaient. 

J'ai eu la chance de voir mon entourage se trie tout seul. C'est dans des situations pareilles qu'on ressent l'amour des gens, le vrai. 
J'ai vu des gens partir, des nouveaux gens qui arrivent et d'autres qui n'étaient pas là mais qui ont confirmé quand même leur absence.
C'était dur à accepter mais d'un coup j'ai eu la sensation de renaître, quelque chose en moi a changé. Une chose qui, sans doute, ne pouvait que me booster pour aller vers l'avant. 

Perdre son nouvel emploi, tomber dans un tourbillon d'hospitalisation... ce n'était pas la recette magique du bonheur. Ceci dit, c'est grâce à tout cela et à ma famille que j'ai pu retrouver ma force et mon sourire. Une fin pour un nouveau début! 

Et pourquoi je vous raconte tout ça? 

Lorsque mes doigts commencent à se balader sur le clavier et se mettent à caresser ses touches, j'avoue qu'il m'est difficile de m'arrêter. 
Je ne vous raconte pas mon histoire pour semer des ondes négatives, bien au contraire. 
Et si j'aurais qu'un seul conseil à vous donner ça sera d'aimer la vie, d'en profiter tout en souriant car la vie mérite qu'on lui sourit, avec tous ses hauts et ses bas. 
Quand vous avez envie de dire un je t'aime dites-le. 
Quand une personne vous manque, appelez-la. 
Quand vous avez envie de dégager votre grain de folie n'hésitez pas. 
On ne sait jamais ce que le lendemain nous réserve. 

Sur ce mes poulettes, je vous dis "On se fait jolies, on sourit et on profite de la vie." 

Vie D'une Meuf - Le Blog