12 déc. 2015

[De tout et de rien n°3] : Volontaire ...


Cela fait maintenant 7 ans


Avant je menais une vie normale, ordinaire, routinière. Voire assez routinière, jusqu’à ce que j’ai décidé du faire du volontariat.



Le temps passait et ma vie associative devenait de plus en plus riche, en terme d’expériences, de rencontres et d’apprentissage. J’ai porté plusieurs chapeaux : membre ordinaire, chef de projet, secrétaire générale et vice président.  Mon parcours se partage entre des fortes émotions, des fous rires, des larmes, des chocs, de l’entraide, de la solidarité.
Offrir du sourire à des gens que peut être tu ne les verras qu'une seule fois dans ta vie. 
Rencontrer des enfants qu'ils te sourient juste parce que tu es là prés d'eux. 
Parler avec des parents, des grands parents, qui te partagent leurs soucis et des fois des soucis ultras personnels.

             Etre volontaire a changé mon caractère
Avant j’avais des problèmes plutôt des défauts que je n’arrivais pas à surpasser.  J’étais la fille ultra timide, ultra réservée, celle qui avait peur de prendre l’initiative pour aborder une personne, celle qui aimait tout sauf la communication.
Grâce au volontariat, j’ai appris à devenir une personne sociable et qui n’attend pas les gens pour aller vers elle. J’ai appris à franchir le pas, à m’assumer et à me faire l’image que j’ai tant aimé avoir.

             Etre volontaire m’a aidé à me sentir utile
Etre active dans la vie associative m’a finalement fait appris que penser à soi-même c’est bien mais penser aux autres c’est mieux. J’ai réussi à me fixer un objectif dans la vie (avec d’autres objectifs certes). C’est de tendre la main tant que je peux aider, offrir du sourire à un inconnu tant que c’est faisable, faire sentir à un nécessiteux qu’il y a tout un monde pour lui tant que c’est possible.

        Etre volontaire m’a aidé professionnellement
Quand j’ai eu mon diplôme et j’ai commencé à postuler, j’étais toujours vite contactée. Les recruteurs avaient toujours la même remarque « Finalement vous n’avez pas une grande expérience professionnelle mise à part vos stages ! ». Une même remarque, une même décision « Demoiselle félicitations vous êtes recrutée. » Entre rédactrice web, responsable marketing et chef de marque y avait quoi dire ! Tout ça parce que mon parcours associatif était assez riche à leurs yeux qu’il reflétait suffisamment ce que je vaux réellement.




















On ne peut pas imaginer ce qu'on a dans notre fond tant qu'on ne le dégage pas. 
Aider les autres peut nous servir à nous sentir mieux dans notre peau, à nous délibérer de toute chose qui dérange et à être en paix avec nous-même. 

Maintenant, je ne m’imagine plus mener une vie sans que le volontariat en fait partie. Par amour à la vie, par amour aux gens et par amour à mon pays.



Ceci était un extrait d’une vie d’une meuf… A la prochaine !